Ce qu’on aime dans la vie, c’est avoir plein de choses sympas sans avoir trop à payer pour. Et ça se conçoit, on s’est habitués à cela avec la mondialisation, la baisse des coûts…

Qu’est ce qu’il y a dans un cours de yoga ?

Quand vous prenez un cours de yoga, votre prof arrive avec pas mal de choses :

  • Une formation initiale de base (du temps et de l’argent) et les formations et stages suivis par le professeur ensuite,
  • beaucoup de pratique et d’étude personnelle,
  • du temps de déplacement,
  • un prof qui arrive 1/4 d’h en avance et repars 1/4 d’h après le cours,
  • du matériel,
  • un abonnement à une plateforme musicale,
  • un abonnement à des sites de yoga (pour la préparation de cours, les inspirations),
  • le temps de préparation du cours,
  • les couts du déplacement (essence, voiture),
  • une gestion administrative,
  • le cours en lui-même,
  • le temps sur sa communication et les coûts (hebergement site web, réseaux sociaux, affichages, pub…)
  • 22% de charges sur le chiffre d’affaires en tant qu’auto entrepreneur (sur 30 euros, on reverse 6,5 euros à l’état),
  • pas de congés payés (on doit donc pouvoir gagner assez d’argent pour les semaines de vacances),
  • des impôts sur le revenus.

 

Votre prof finit par…

C’est parce qu’il y a tout ça, en termes de temps et d’argent, votre prof finit par :

  • donner de (trop) nombreux cours par semaine avec les contraintes que cela implique : beaucoup de temps dans les transports, de préparation, de répétitions et finit même par ne plus avoir envie de se présenter sur le tapis ;
  • cumule avec un autre emploi et est à la limite de la schizophrénie car souvent cet autre emploi ne lui envoie pas beaucoup de bienveillance.

 

Votre prof a les yeux en bas des joues

Je sais pas vous, mais moi quelqu’un qui travaille dans le bien-être doit au moins avoir l’air d’être en forme.

Ainsi, en tirant sur la corde pour pouvoir gagner de quoi vivre “correctement”, il va finir par s’épuiser et même ne plus être capable de donner des cours. Comme tout prof de yoga, je dois “incarner” au maximum ce que je prêche (temps pour soi, respect de soi et de son corps, détente, joie, etc.). Sinon ça ne passera jamais auprès des élèves qui le sentent bien s’il y a quelque chose de pas clair.La pratique et l’enseignement du yoga demande une grande qualité de présence. Courir de cours en cours, avec les transports et jongler avec sa “vie normale” que tout le monde a par ailleurs, surtout si on pratique une spiritualité “incarnée”, c’est à dire dans le monde, diminue cette qualité de présence.

On arrive enfin à un cercle vicieux où les élèves désertent les cours du prof de yoga qui n’arrivent plus à suivre son propre rythme et qui doit encore redoubler d’efforts pour gagner de l’argent, à travers sa communication, sa prospection, sa mobilité…

En payant pas cher votre prof de yoga, c’est aussi vous qui perdez de l’argent, vous ne passez pas le moment de bien-être tant attendu, ou en tout cas pas sur du long terme. Un prof de yoga qui a une vie normale (vie de famille, vie financière, etc.) peut difficilement tenir sur la durée. Il vous donnera le meilleur pendant quelques années puis s’épuisera, s’il ne s’est pas épuisé avant.

Ananda Ceballos nous explique que

« certains textes de référence du yoga apportent une réflexion sur la pacification de l’esprit mais, il n’est pas toujours facile de rester compétitif et zen en même temps, il y a là une forme de double bind, d’injonction contradictoire qui peut générer encore plus de stress. Quand on est enseignant néophyte on enchaîne les cours et les cours privés, courant de centre en centre, donnant jusqu’à vingt cours par semaine, le tout pour à peine dépasser le smic, c’est physiquement et psychiquement épuisant. »

Article Esprit Yoga “Devenir prof de yoga sans risquer le burn-out”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *